• Hermann Goering, le maréchal d'opérette dépourvu de tout sens moral

    Goering, le nazi dépourvu de tout sens moral

    Hermann Goering, le maréchal d'opérette dépourvu de tout sens moral

    Président du Parlement de Prusse, Président du Reichstag, Commandant en chef de la Luftwaffe, Maréchal du Reich... l'homme croulait sous les décorations, avouant même un certain goût pour la provocation quand il était en compagnie de ses bêtes fauves et de son lionceau César dans son palais de CarinHall. Passionné de chasse à courre, et décoré comme un arbre de Noël, ce que l'on sait aujourd'hui de Hermann GOERING, c'est qu'il détestait l'école et qu'il avait fait dire à sa mère que son fils serait, ou un grand homme, ou un grand criminel. Il sera finalement les deux après être sorti brillamment de l'école militaire (photo ci-contre)  et être devenu pendant la guerre de 14-18 un pilote émérite au sein de l'escadrille Richtofen. Ce qui n'empêchera pas à l'Allemagne ni au jeune officier qu'était GOERING de perdre la guerre et de subir l'humiliation du traité de Versailles en 1919 ! Ce qui le précipitera dans les bras d'Adolf HITLER qui proposait un renouveau en Allemagne. Blessé lors du putsch de la tentative de HITLER de 1923, et avoir tenté jusque-là de survivre en Suède de baptêmes de l'air, profondément égocentrique, devenu suicidaire comme GOEBBELS, dépressif et dépourvu de tout sens moral, c'est après avoir été soigné en Autriche à l'aide d'injonctions de morphine qu'il en deviendra dépendant. Les observations que publieront les médecins qui l'auront eu en charge en 1925 en Suède sont glaçantes : « Le patient est dépressif, écriront-ils. Il est léthargique, anxieux, pleure et supplie qu'on le console. Il se sent victime d'un "complot juif". Avec une propension à l'hystérie et à l'égocentrisme. A décidé de consacrer sa vie à la lutte contre les Juifs aux côtés de son ami Hitler. Victime d'hallucinations, il y a une volonté de suicide. Avec tentative de se donner la mort par pendaison et strangulation. Se réfugie dans des visions, des voix, des supplications ».

    Soigné quelque temps en psychiatrie avant de devenir, il trouvera vite sa place aux côtés d'HITLER devenant même le n° 2 du Reich. Il y excellera même rapidement puisque ce sera lui qui lancera dès 1933 et l'arrivée au pouvoir d'HITLER la première vraie chasse aux opposants qu'il fera déporter à Dachau et Buchenwald, confondant violence et patriotisme avec la Gestapo dont il sera le créateur avant de l'abandonner à Heinrich HIMMLER. Il admettra d'ailleurs à la fin de la guerre qu'il avait déjà établi une première liste d'opposants qu'il avait prévu de faire rapidement arrêter. Et cela bien avant que le Reichstag ne brûle en février 1933 ! D'abord responsable des SturmAbteilung (les S.A ou sections d'assaut) avant que ceux-ci soient pris en charge par Ernst ROHM, cet ancien aviateur héros de la guerre 1914-18 deviendra effectivement l'un des pivots du nazisme en procurant même au dictateur à la fin des années vingt les fonds dont il avait besoin pour faire du NSDAP le grand et seul parti du nouveau Reich allemand. Grâce notamment à un relationnel sans défaut et l'aide de plusieurs fortunes allemandes comme THYSSEN ou KRUPP auxquels il avait promis de substantielles commandes et une paix sociale. L'homme passait bien auprès du public et, avec HITLER, les deux hommes seront longtemps fascinés l'un par l'autre. Davantage encore après que GOERING a débarrassé le Führer de l'un de ses premiers partisans, le trublion Ernest ROHM qu'il soupçonnait de vouloir prendre sa place de dauphin. Avec la disparition du célèbre homosexuel nazi il réalisera son voeu le plus cher et deviendra effectivement le n° 2 du régime. Bien moins partisan d'une guerre à outrance que lui, il tentera souvent de dissuader son Führer de donner une suite à ses projets guerriers, voire de les différer sans cependant y parvenir. Aussi bien en 1939 qu'en juin 1941 au moment du déclenchement de l'opération Barbarossa en Union Soviétique. Peut-être aussi parce qu'il reconnaissait perdre tous ses moyens en présence d'Adolf HITLER et faire des efforts énormes lorsqu'il se trouvait face à lui. Dès l'entrée en guerre de l'Allemagne en septembre 1939, on peut dire que GOERING a multiplié les erreurs et que celles-ci changeront la face du conflit. Jamais persuadé d'avoir failli, il rejettera pourtant ses fautes sur les autres, ce qui conduira son adjoint à se suicider.

    Il sera l'un des seuls édiles nazis à avoir pu être capturé vivant par les Alliés en mai 1945 et à affronter le verdict du tribunal de Nuremberg. Cela après avoir cru pouvoir bénéficier d'égards, HITLER, GOEBBELS et HIMMLER s'étant suicidés. Condamné n°1, celui qu'il fallait faire payer pour toutes les atrocités commises, il sera condamné le 1er octobre 1946 à être pendu, et il choisira de se donner la mort quinze jours plus tard grâce à une complicité interne qui lui permettra de pouvoir se procurer du cyanure. Le reportage ci-dessous réalisé pour la chaîne Toute l'Histoire revient sur le profil de ce nazi qui avait cru pouvoir succéder à HITLER en mai 1945 et être en mesure de négocier une paix avec le général EISENHOWER pour préserver sa soif du pouvoir et des honneurs.

     

    Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :