• Francis Heaulme, le routard du crime

    Francis Heaulme, le routard du crime

    L'homme est désormais connu d'un grand nombre d'amateurs de faits divers, ne serait-ce que pour son regard fixe sans vie et le tic de la bouche qui le voit aspirer ses lèvres.

    C'est visiblement la disparition de sa mère en 1984 et leur relation fusionnelle qui aura fait de Francis HEAULME ce qu'il est ensuite devenu et qui aura entraîné l'homme dans une spirale faite de beuveries et hélas aussi pour ses quelques rencontres, de meurtres. Enfant, précisons qu'il recevait des corrections de son père qui lui étaient administrées avec un nerf de bœuf avant d'être enfermé à la cave privé de nourriture. Privé du soutien affectif de sa mère, il tentera après coup assez souvent de se suicider. A 27 ans, atteint d'une maladie génétique rare, la maladie de Klinefelter, caractérisée par un retard pubertaire, des testicules plus petites que la normale, un manque de tonus musculaire et une fatigue permanente, des difficultés aussi d'atteindre une certaine maturité psychologique, HEAULME choisira de prendre la route sans s'attacher à un endroit précis. De l'avis de ceux qui l'ont examiné, ce "routard du crime" avait lors de ses premiers méfaits une certaine propension à entraîner ses camarades de beuverie et d'en faire des partenaires de crime. Le pire de l'histoire jusqu'à ce que l'ancien gendarme ABGRALL le perçoive mieux, c'est qu'il sera hospitalisé plus d'une centaine de fois sans que l'on dénote une quelconque dangerosité. Seulement, faire parler HEAULME demandera à ceux qui l'interrogeront de bien savoir trier, l'homme se plaisant à mélanger les éléments d'une affaire avec ceux d'une autre. Quand il n'avouera pas avoir été seulement spectateur en tenant des propos confus et contradictoires. Il est vrai que comme il est dans l'incapacité de violer, il a souvent délégué la tâche à ceux qui l'accompagnaient, éprouvant du plaisir à distance.

    Lyonnelle GINESTE n'avait que 17 ans. Elle sera sa première victime et il ne pourra plus s'arrêter de tuer, tuant sans distinction aussi bien des jeunes filles que des femme plus âgées ou des hommes voire ce petit garçon si l'on pense au jeune Belge Jorris. Annick MAURICE sera la deuxième. La première enquête en Moselle durera dix ans avant, qu'enfin, en 1994 l'un des enquêteurs face le rapprochement avec un autre homicide commis en Bretagne. Treize ans après la jeune Lyonnelle, il faudra trois auditions avant que Francis HEAULME reconnaisse son implication dans le forfait, accusant d'abord son complice de sortie et de beuverie d'être l'auteur de celui-ci.

    Francis Heaulme, le routard du crimeSa dernière défenseure, Liliane GLOCK révélait à Christophe HONDELATTE (ci-dessous) que sa préoccupation première était d'humaniser l'image de Francis HEAULME. Disons qu'après tous ces forfaits, elle risque d'avoir du travail face à un tel phénomène, l'homme n'affichant aucune émotion. Ce qu'ont démontré les dix crimes pour lesquels il a déjà été condamné et dont la liste est loin d'être arrêtée. Avec un regard fixe sans vie, il donne même le sentiment d'être un être sur lequel les condamnations pleuvront et cela sans qu'il réagisse d'aucune façon, insensible à ce qu'il traverse ou risque encore de traverser après qu'il a été condamné pour le meurtre des deux enfants à Montigny-les-Metz (ci-contre) qui avait failli engloutir le pauvre Patrick DILS.

    Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :