• 22 avril 1945... l'ultime bataille de Berlin

    22 avril 1945... l'ultime bataille de Berlin

    22 avril 1945... l'ultime bataille de BerlinLe 22 avril restera une journée qui avait été importante pour Adolf HITLER voici déjà soixante-quatorze ans ! Terré dans son bunker berlinois et alors que tout était déjà perdu pour les nazis le 22 avril 1945, de plus en plus seul après le départ de son dernier quarteron de fidèles (SPEER, GOERING et HIMMLER), le dictateur s'était mis en tête de convaincre la population allemande que leur seule chance de survie à tous était de se défendre jusqu'au bout. Depuis plusieurs semaines, pour les aider à se décider, la propagande de GOEBBELS avait astucieusement mis en avant le risque que les "sous-hommes" venus de l'est puissent se comporter avec les Berlinois comme de véritables animaux féroces avides de chair et de sang. Et pire, qu'ils se rendent même coupables d'atrocités en violant leurs femmes. Au risque d'entraîner, comme ce sera le cas à Wildenhagen, un peu plus au nord du pays, des désarrois au sein de la population, suivis de suicides collectifs permettant à la population de femmes, d'enfants et de vieillards d'échapper à la fin peu enviable que GOEBBELS leur avait prédite. Car les quelques 2,5 millions d'hommes de l'Armée rouge avaient le vent en poupe regagnant la plupart sinon la totalité des territoires qui leur avaient été enlevés par les nazis depuis juin 1941.

    Le reportage qui suit met en évidence, d'un camp à l'autre, ce qui aura prévalu dans cette gigantesque bataille de Berlin dont il restera peu de choses (photo ci-dessus), tant la capitale du Reich avait perdu de son faste d'antan au milieu de ses ruines. Un affrontement qui marquera la fin d'un Troisième Reich qui avait pourtant été créé par Adolf HITLER pour mille ans. En vue de l'assaut final donné le 22 avril 1945, il était évident que l'Armée rouge s'était équipée et que les Soviétiques disposaient à présent de bien plus d'engins de mort que ceux qu'elle avait utilisés lors de la bataille de Stalingrad, deux ans plus tôt. En ce début d'année 1945, Berlin était même devenue une sorte de trophée, celui que STALINE désirait par-dessus tout, même s'il persistait à affirmer le contraire pour tromper ses alliés américains. Menée par le maréchal JOUKOV, le meilleur des commandants qu'elle ait jamais eue, l'Armée rouge n'avait pas cessé de progresser jusque là depuis la fin de l'année 1943 (carte ci-dessus), tenant enfin après Koursk et Minsk, sa revanche sur cette Wehrmacht qui avait failli remporter une première bataille.

    Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :