• Sophie Scholl, l'étudiante antinazie engagée

    Sophie Scholl, l'étudiante engagée

    Sophie Scholl, l'étudiante antinazie engagée

    Sophie SCHOLL née le 9 mai 1921 à Forchtenberg et décapitée le 22 février 1943 à Munich après un jugement discutable, était une résistante allemande au nazisme et l'un des piliers du réseau « La Rose blanche » qu'elle animait avec son frère Hans (avec lui sur la photo de gauche). Elle restera l'une des rares résistantes soucieuse d'éveiller les plus jeunes aux réalités de ce qu'était le national-socialisme et aux tromperies des nazis.

    Tout d'abord séduite avec ses amis par l'esprit de franche camaraderie des Jeunesses hitlériennes qu'elle avait souhaité intégrer via la BDM (ligue des jeunes filles allemandes) malgré l'extrême réserve de ses parents, Sophie changera progressivement d'opinion après avoir surpris une conversation de son frère Hans avec l'un de ses amis. Ne venait-elle pas de se rendre compte que pour contenir toute révolte du peuple, les nazis avaient prévu d'endoctriner la jeunesse allemande ! Hans SCHOLL qui avait été envoyé en tant qu'infirmier sur le front de l'est y avait assisté à des massacres perpétrés sur les populations par l'armée allemande. Eprise d'un lieutenant de la Wehrmacht, Fritz, le départ à son tour de ce dernier pour le front lui fera prendre davantage conscience du danger des orientations de leur Führer Adolf HITLER qu'elle avait tout d'abord admiré. Elle avait déjà été alertée par le fait que son frère Hans ait pu être condamné pour avoir "écouté" d'anciennes chansons considérées comme contraires à l'esprit nazi. Au printemps 1942, libérée de ses obligations à la BDM où elle donnait de son temps avec d'autres jeunes filles, elle apprendra l'exécution de 300 000 Juifs et se décidera à choisir une voie différente de celle qu'elle suivait auparavant, lorsqu'elle ignorait de tels massacres. Profondément croyante et convaincue avec son frère Hans qu'on racontait n'importe quoi aux Allemands sur ce qu'il se passait à l'est en février 1943 face aux Russes, ayant appris les revers que les troupes allemandes avaient subi devant Stalingrad, la jeune Sophie se décidera à tenter de convaincre les autres en distribuant dans plusieurs villes des tracts qu'elle avait conçus avec son frère. Mais, à l'université de Munich où elle suivait des études de biologie, elle sera repérée par un gardien très impliqué dans les théories nazies et elle reconnaîtra rapidement en être l'auteure. Arrêtée puis jugée par l'horrible Roland FREISLER, du Tribunal du peuple, elle sera immédiatement condamnée à mort avec son frère Hans et un ami appartenant au réseau de "La rose blanche" qu'ils avaient créé après un simulacre de procès qui ne durera que trois heures. Avant de mourir, elle ne reverra pas son fiancé Fritz blessé sur le front de l'est qui avait été hospitalisé.

    Un film revient sur cette jeune héroïne et son combat méritoire.

     

    Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :