• Dantzig ou les causes d'une maladresse coupable de 1922

    Dantzig ou les causes d'une maladresse coupable de 1922

    Dantzig ou les causes d'une maladresse coupable de 1922On aurait voulu jouer aux incendiaires que l'on ne s'y serait pas pris autrement lors de l'élaboration des dispositions du traité de Versailles du 28 juin 1919. Car, personne en visionnant la carte ci-dessus n'y trouvait son compte, en dehors peut-être de la Pologne nantie d'un accès à la mer Baltique et de la possibilité de facturer des droits de douane à l'ensemble des échanges opérés par les négociants de Dantzig ou de l'enclave prussienne de Koenigsberg située plus au Nord. Retirer Dantzig à l'Allemagne, en faire une ville administrée par la seule Société des Nations et séparer la région en deux parties aura donc été une maladresse incontestable observée lors de la négociation du traité de Versailles. Un traité où n'auront finalement prévalu qu'une grande partie des points défendus par le président américain Woodrow WILSON sans toutefois que le Sénat américain vote ensuite ce traité en forme d'approbation.

    Il n'est donc pas autrement étonnant que, dès son arrivée au pouvoir en 1933, une fois rétablie la confiance en Allemagne, Adolf HITLER ait saisi cet autre prétexte pour inciter la population de Dantzig à demander le rattachement de l'état libre de Prusse et de Dantzig au reste du pays qu'il administrait. En refusant au passage de prendre en considération le fait que Dantzig avait été durant des siècles une ville polonaise. Après tout, puisqu'une manoeuvre similaire avait réussi l'année précédente en Tchécoslovaquie avec les Sudètes, pour quelle raison ne s'en serait-il pas inspirée ! Il n'est pas plus étonnant que la population allemande de la ville devenue nazie en grande majorité, ait pu favoriser de ce fait une entrée en guerre inévitable. Ainsi, en 1933, les nazis recueilleront-ils 50 % des voix lors des élections parlementaires de Dantzig, favorisant la formation d'un gouvernement dirigé par le Gauleiter nazi Albert FORSTER et autorisant la mise en place d'une politique radicale à l'encontre des Juifs et des Polonais vivant dans la ville libre. Des actes de discrimination manifestes de la part de la population allemande (représentant une large majorité) obligeront de nombreux Polonais à quitter Dantzig, les Juifs subissant quant à eux un traitement plus terrible encore puisqu'ils seront expropriés et expulsés, et leur magnifique Grande Synagogue détruite en 1939. Le 26 mars 1939, six mois avant le début de la guerre, le colonel BECK, ministre des Affaires étrangères de Pologne, rejettera la nouvelle demande de von RIBBENTROP exigeant la restitution de la ville libre de Dantzig au Reich.

    Dans un ouvrage publié en 1939 qui a déchaîné un véritable torrent d'oppositions, Hitler m'a dit, l'ancien Président de l'état libre de Dantzig, Hermann RAUSCHNING, qui avait pour mission de contenir les débordements raciaux des nazis dans la ville administrée par la Société des Nations, revient sur la situation explosive de cette ville et sur l'aide qu'il lui était arrivé de solliciter du Führer entre 1932 et 1934 sans parvenir à être entendu.

    Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :