• Hans Frank, le boucher de Cracovie

    Hans Franke, l'exterminateur SS qui ne voulait pas faire souffrirC'est son statut d'avocat qui a permis  à Hans FRANK, l'un des premiers nazis à avoir fréquenté l'Ordre de THULE, de créer dès 1928 l'association des juristes nationaux-socialistes, qui a disposé rapidement d'un journal périodique mensuel, le Droit Allemand, œuvrant à la « propagation d'un renouveau juridique populiste national-socialiste ». Nommé commissaire du Reich pour l’harmonisation de la justice et le renouvellement du droit, chargé de la nazification du droit allemand, il fondera en 1934 l'Académie de droit allemand. Il sera à l'origine de la transformation des juges en gardiens d'une communauté du peuple qui devront être des garants de l'ordre social et racial du Troisième Reich, et arbitrer les différends opposant les camarades du NSDAP. Juriste, il défendra, sans succès, malgré le soutien de HITLER, la stérilisation des criminels multirécidivistes, contre l'avis du ministre de la justice.

    Nommé gouverneur de Pologne dès l'annexion en 1939, il sera surnommé le « Bourreau de la Pologne ». Il sera en effet responsable de l'assassinat de plusieurs milliers de Polonais et de la famine du ghetto de Varsovie ainsi que de son écrasement en mai 1943. Corrompu, il y mènera grand train de vie en s'installant avec une suite nombreuse dans le château de Wawel à Cracovie, une résidence qu'il s'appropriera. En octobre 1941, FRANK présidera toute une série de réunions avec les responsables locaux pour mettre en place suffisamment de moyens en vue de se débarrasser des Juifs du Gouvernement général. La déportation de ceux-ci en URSS sera envisagée, solution à laquelle s'opposera néanmoins ROSENBERG.

    Arrêté par les Alliés en mai 1945, il tentera de se suicider. D'un journal qu'il avait tenu énumérant dans le détail quelles avaient été ses activités, il leur sera facile de le condamner à la peine de mort à Nuremberg puis de le pendre pour s'être rendu coupable de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. Face à la potence, il déclarera avoir découvert qu'HITLER avait des origines juives. Son dernier fils, Niklas FRANK, qui avait sept ans au moment de l'exécution de son père, condamnera fermement ses agissements. Journaliste, il publiera en 1987 un livre intitulé Der Vater. Eine Abrechnung (« Le Père – Un règlement de comptes »), qui sera l'aboutissement de plusieurs décennies de recherche sur la vie et la personnalité de son père. Les souvenirs qu’il a de ses parents sont souvent amers. Leur mariage fut, pour lui, sans amour et son père voulait divorcer. Mais la mère de FRANK a fait appel à HITLER qui, comme chez les GOEBBELS, interdira le divorce. Hans FRANK obéira. « Mon père aimait plus HITLER que sa famille », lancera-t-il.

    Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :