• Herta Oberheuser, la doctoresse diabolique

    Herta Oberheuser, la doctoresse diaboliqueElles ont été quelques-unes à officier dans les camps de concentration ces archanges du mal, et Herta OBERHEUSER spécialisée en dermatologie en fait partie. Après avoir été médecin à la Ligue des Jeunes Filles Allemandes dès 1935 et travaillé à Dûsseldorf, cette doctoresse diabolique particulièrement zélée rejoindra le camp de Ravensbrück, où le Dr Karl GEBHARDT avait expérimenté les sulfamides, nouvellement inventés, sur des détenues polonaises surnommées « les lapins » qu’il avait auparavant mutilées. Ce monstre sera condamné à mort en 1947. Herta OBERHEUSER, elle, procédera également à des injonctions létales dans le sang d'huile et d'évipan sur des enfants qu'elle finira par tuer. Le temps écoulé entre l'injection et la mort était compris entre trois et cinq minutes, la personne torturée restant consciente jusqu'au dernier moment. Il arrivera à cette soignante perverse de leur prélever également sans anesthésie des membres et des organes vitaux. Elle fera quelques-unes des plus horribles et douloureuses expériences médicales infligeant des blessures délibérées à des sujets sans défense. En insérant par exemple des objets étrangers, tels que du bois, des clous rouillés ou de la terre dans les plaies pour voir comment réagiraient ceux qu'elle torturait.  

    Pour l’ambitieuse médecin qu'elle est, la proposition que lui feront les nazis lui permettra de montrer enfin toutes ses capacités et de gagner bien plus que ce qu'elle tirait de son emploi de soignante à Düsseldorf. Mais une fois embauchée, elle se retrouvera sous la domination des hommes… On dira le temps d'un roman évoquant ce sinistre camp et une personnalité qu'on avait voulu adoucir pour les besoins de l'écriture, qu'à force de vouloir prouver sa valeur, elle y avait perdu son âme. Si tant est que l'on puisse perdre son âme en soignant les autres. Michel CYMES, le médecin aujourd'hui bien connu pour intervenir régulièrement à la télévision se demande comment on peut épouser un métier dont le but ultime est de sauver des vies et donner la mort à ceux que l'on ne considère plus comme des êtres humains. Car, cette histoire de lapins ou en allemand de Kaninchen, le nom qu'on avait donné à ces déportées polonaises, des juives qu'elle avait en charge, illustre un certain machiavélisme. OBERHEUSER sera la seule femme à devoir s'expliquer à Nuremberg et quand on lui demandera pourquoi elle avait réalisé ces expériences, elle insistera sur le fait que seuls les ressortissants polonais étaient utilisés pour ces expériences, expliquant que les personnes qu'elle avait tuées étaient dans l'incapacité de guérir. Et que lorsqu'elle euthanasiait des mourants c'était pour les soulager ! Ben voyons donc !

    En raison de son grade inférieur et du fait qu'elle n'avait à prendre aucune décision, elle ne sera condamnée qu'à vingt ans de prison. Libérée pour bonne conduite dès 1952 et redevenue pédiatre à Stocksee en Allemagne, c'est grâce à une ancienne détenue qui l'avait reconnue et aidée par l'intervention du ministre de l'intérieur qu'elle sera à nouveau inquiétée en 1958 et qu'on l'empêchera de continuer à exercer la médecine. Fort justement. Elle décédera cependant tranquillement en 1978 à 68 ans !

    Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :