• Robert Moog, l'autre traître de l'affaire Jean Moulin

    Robert Moog, l'autre assassin de Jean MoulinComme quelques autres Français collabos, Robert Auguste MOOG avait préféré s'allier aux nazis pour traquer les quelques résistants qui avaient choisi de se battre contre HITLER. Il sera un redoutable agent de l'Abwehr (Service de Renseignement de l'Armée), connu pour y être l'agent K30 puis ensuite de Klaus BARBIE à Lyon puisque, grâce à lui, ce sont des dizaines de résistants qui tomberont dans les filets des Allemands. Bien que né à Paris dans une famille modeste, ce sont ses grands parents paternels alsaciens qui lui avaient laissé ses prédispositions pour la langue allemande dont il aura une maîtrise parfaite. On dira même que MOOG avait effectué un stage en Allemagne avant la guerre afin de devenir un agent de la cinquième colonne et donc de pouvoir être infiltré dans n'importe quel réseau ennemi.

    Ainsi "Bobby", le surnom qu'on lui avait donné, qui était déjà un homme d'expérience au début du conflit puisqu'il aura toute facilité pour se faire recruter comme contremaître à la Poudrerie de Toulouse où il savait pouvoir se mêler à la fabrication d'explosifs et à la préparation de sabotages impliquant nombre de résistants. Un endroit où après avoir dérobé des papiers il se fera passer pour un Alsacien qui avait des amitiés au sein de la Résistance alsacienne. D'abord employé par l'Abwehr sous la responsabilité d'un certain KRAMER, MOOG se verra très vite confier des opérations importantes et notamment une pénétration des réseaux de résistance du Midi de la France. Lorsqu'il abattra de sang froid, un résistant chef de l’armée secrète de Lyon, le capitaine BULARD, dans la blanchisserie de la rue Béchevin sous les yeux de Klaus BARBIE, chef de la Gestapo de Lyon, il impressionnera ce dernier venu sur les lieux. Il n'en faudra pas davantage pour que le SIPO-S.D Gestapo de Lyon l'enrôle. A Lyon, il montera rue de la Tête d'Or une équipe redoutable avec l'aide d'un autre traître, René SAUMANDE, et de gens comme Jean MULTON, Lucien DOUSSOT et André THEVENOT. Arrêté DOUSSOT prétendra par la suite, probablement pour sauver sa tête, n'avoir intégré l'équipe de tortionnaires de BARBIE qu'en juillet 1943, ce qui était faux, même si les complices de MOOG n'étaient chargés que des filatures et non des arrestations comme celle de DELESTRAINT opérée à Paris ou à Caluire de Jean MOULIN. Sa réputation en fera un homme et pire un véritable loup madré, avide, agressif, dangereux, manipulateur et sans scrupules, le plus dangereux de l'abominable troupeau sévissant sur notre pays qui avait donc toutes les qualités susceptibles de plaire à un monstre comme Klaus BARBIE qu'il surpassait en intelligence. 

    Il disparaîtra en mai 1944 après un bombardement des locaux de BARBIE avec deux valises pleines de document sans doute pour tenter de monnayer son savoir-faire sous d'autres cieux. On le supposera mort dans un accident d'avion survenu en 1945 entre Fulda et Francfort, ce qui sera démenti puisque ressuscité il divorcera en 1948 se son épouse. Il sera cependant condamné à mort par contumace en 1951 et un mandat d'arrêt international sera lancé pour tenter de l'interpeller sans qu'on en sache davantage sur la suite apportée à cette traque. 

    Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :