• L'affaire Patrick Dils : L'acharnement coupable d'un enquêteur...

    Une quinzaine d'années après un verdict qui aura beaucoup fait parler, on ne peut s'empêcher de revenir sur cette affaire de Montigny-les-Metz et sur une mort de deux garçonnets restée longtemps mystérieuse ! Une affaire qui aura surtout mis en lumière ce que pouvait être l'entêtement d'un enquêteur brûlant de faire condamner le coupable qu'il s'était fabriqué de toutes pièces aidé par quelques autres policiers. Même bien au-delà des premières pistes sérieuses à l'origine de la cassation de l'arrêt rendu dix ans plus tôt qui avaient vu l'enquêteur toujours aussi sûr de la culpabilité de celui dont il avait fini par faire un garçonnet perdu !

    On mesure d'autant mieux le poids de cet entêtement que ce gamin de seize ans désigné en 1986 par la vindicte populaire aurait bien pu avoir la tête tranchée si la peine de mort n'avait pas été abolie dans notre pays en 1981. Au risque de condamner à une sentence sans appel un second coupable après Christian RANUCCI, condamné à mort en 1976 pour un autre crime d'enfant, et dont on n'est toujours pas certain de la culpabilité aujourd'hui encore.

    L'affaire DILS a fait l'objet d'un "Faites entrer l'accusé" diffusé en 2006 sur France 2 dont une vidéo subsiste (ci-dessous).

     


    votre commentaire
  • Vous êtes portables ? Oui ! Hélas, moi aussi ! Pourtant...J'ai réussi à résister vingt ans à la magie du portable et j'étais jusqu'à la fin du mois de juin dernier l'un des derniers à ne pas avoir sombré. Comme un nouveau-né ou quelqu'un de complètement sénile qui aurait été apeuré par la dernière trouvaille, à l'inverse de gamins de six ou sept ans qui, depuis déjà des lustres, sont équipés, même tout petits à l'école.

    Bon, j'avouerai avec cette candeur qui me caractérise, que j'avais toujours de bonnes raisons pour repousser un tel achat. Je craignais que les appels intempestifs ne me distraient ou m'empêchent de bosser, de me concentrer à l'élaboration d'une donnée. Et comme j'avoue ne pas avoir besoin de cet objet miraculeux qu'est aujourd'hui un portable pour m'aider à choisir le bon camembert au supermarché du coin, j'avais fini par ne plus penser à m'équiper comme plus de 55 millions de Français l'avaient fait avant moi ! Il aura donc fallu que j'entre dans ma 69ème année pour me décider, conscient que même ma banque me tannait désormais pour que je lui fournisse un numéro de... portable. Et que bientôt on me demanderait la même chose si je voulais tout simplement m'acheter à bouffer. Mais après tout, pourquoi me direz-vous, faire simple quand on peut faire compliqué ?

    Cela étant, peut-être qu'après avoir visionné cette vidéo, vous aurez changé d'idée à l'égard de votre brosse à dents et que vous renoncerez à changer de portable tous les ans. Au risque c'est vrai de passer pour un(e) andouille. Mais en vous disant que vous avez peut-être contribué à éviter quelques morts supplémentaires en Afrique ou en Chine ! Encore qu'il ne soit pas prouvé que la fabrication de nos brosses à dent n'ait pas été confiée à des gamins sans défense dans un monde de plus en plus impitoyable !

    Louis PETRIAC  


    votre commentaire
  • Les animaux malades de la peste...

     

    Sans vouloir crier comme d'autres le feront inévitablement : "Les baisés comptez-vous !", Jean de LA FONTAINE était un visionnaire. Il n'y a plus de doute là-dessus ! Sa fable sur cette peste qui décimait autour d'elle montre même qu'il avait déjà perçu le risque de voir une société profondément gangrénée céder au chant des sirènes. Et c'était pourtant au XVIIème siècle ! Mais, revenons si vous le voulez bien sur ce qu'il disait alors, en vers et contre tout, parlant de ces animaux aux appétits déraisonnables qui arpentaient, non les couloirs de l'Elysée, mais la galerie des glaces de notre château de Versailles :

    La peste puisqu'il faut l'appeler par son nom

    capable d'enrichir en un jour l'Achéron... (1)

    Ils ne mourraient pas tous

    Mais tous étaient frappés

    On n'en voyait point d'occupés

    A chercher le soutien d'une mourante vie...

     

    (1) Un fleuve côtier de la Grèce mythologique.


    votre commentaire
  • 8 mai 1945... un cauchemar se terminait !Voici soixante-douze ans se terminait un cauchemar, celui d'une folie et celui de la folie d'un homme qui entendait fabriquer une race supérieure destinée à gouverner et asservir ses semblables pendant un millénaire ! Cette race avait déjà dominé le monde il y a bien longtemps avant de quasiment disparaître.

    C'est à un voyage au cœur de ces monstruosités que nous vous convions, grâce à deux extraits vidéo saisissants.


    Hitler et le Diable

     


    votre commentaire
  • Un débat, peut-être mais des bas, sûrement !

    Ce qui est sûr, à deux jours d'une élection capitale comme celle qui verra se jouer l'avenir de notre beau pays, c'est qu'il va être bien difficile dimanche de départager le petit garçon studieux, ancien secrétaire et ministre de notre bon gros roi de France François, d'un personnage, hélas souvent présenté comme un véritable épouvantail !

    Certes, me direz-vous, au vu d'un débat assez triste et des pitoyables échanges auxquels nous avons assisté mercredi soir devant notre poste de télévision, échanges dont on attendait tout à fait autre chose, c'est que celui ou que celle qui sera élu(e) dimanche soir président(e) de la République, aura la charge de représenter notre pays ! Et, face à des carnivores comme Vladimir POUTINE ou Donald TRUMP, voulez-vous que je vous dise, il y aura vraiment de quoi s'inquiéter ! Car au pays des "tontons macoutes" on ne pèsera vraiment pas lourd !

    Alors quoi ? Faudra-t-il que nous opérions un contre-choix les 11 et 18 juin prochain pour redonner les moyens au peuple de tempérer les ardeurs de celui ou de celle qui sera élu(e) ? Ou serons-nous condamnés à vivre une période agitée dès le 19 juin au matin ? Car, dans l'esprit de beaucoup, cela ne fait aucun doute qu'une toute autre représentation pèsera de toutes ses forces en cas de nouvelle désillusion : celle issue de la rue ! 

    Louis PETRIAC


    votre commentaire