• Marinus van der Lubbe, l'incendiaire idéal !

    Marinus van der LubbeVictime expiatoire des nazis en février 1933 pour avoir, selon eux, mis le feu et incendié le Reichstag le 27 du mois de février 1933, le Néerlandais Marinus van der LUBBE sera décapité à la hache le 10 janvier 1934. Considéré par les uns comme un membre des communistes contre lesquels avait débuté une offensive d'Hermann GOERING, il sera très vite suspecté d'avoir agi au nom des communistes, sans que les preuves retenues contre lui soient suffisamment étayées. Pour les autres, van der LUBBE était plutôt un marginal, anarchiste, voire quelqu'un d'isolé. Jugé trop radical et trop déterminé, il s'était d'ailleurs éloigné des communistes quelques années auparavant. Comme il venait au moment de l'incendie du Reichstag, de mettre le feu à plusieurs autres bâtiments de Berlin, cela en faisait un suspect idéal pour un incendie qui ravissait Adolf HITLER et des nazis prêts à lancer leur grande offensive. Mais, plutôt que de lui venir en aide, le KPD ou Parti Communiste Allemand, considérant qu'il avait été manipulé par ceux-ci, le décrira comme un élément déséquilibré, faisant même de lui, au passage, un homosexuel.

    Apprenti maçon, Marinus van der LUBBE avait effectivement adhéré à une organisation de jeunesse du parti communiste néerlandais, De Zaaier [Le Semeur] avant que, l’année d'après, un reste de chaux vive ne l’atteigne à un oeil sur un chantier. En 1927, il subira un second accident du travail à l’œil droit, et devra se contenter de toucher désormais une pension hebdomadaire d’invalidité, tout en continuant à effectuer cependant des petits boulots pour survivre. Devenu agitateur de la Ligue de jeunesse communiste, il ne tardera pas à être repéré. Jusqu'à ce qu'arrive ce mois de février 1933 où il n'était à Berlin que depuis quelques jours. Malgré ce qu'on continue à affirmer, prêtant au gros Hermann GOERING d'avoir lui-même organisé cet incendie, d'autres chercheurs pensent que cet acte a bien été commis par le jeune Marinus van der LUBBE. Seul point de divergence, la torture et les conditions d’incarcération qui feront que l'intéressé se défendra d'avoir agi au nom des communistes du KPD. Il persistera à déclarer avoir agi seul et en cohérence avec ses idées. Il se peut aussi qu'il ait volontairement accepté d'endosser la responsabilité de l'acte pour des raisons d'orgueil. En grève de la faim dès le 16 mars 1933 à la prison de Alt-Moabit, il devra être alimenté de force, perdant au cours des mois suivants près de 13 kilos, tout en restant confiant sur l’interprétation de son geste de révolte. J’ai pensé, dira-t-il aux enquêteurs, que provoquer un incendie quelque part était un moyen valable. Je ne voulais pas m’en prendre à des individus, mais à quelque chose qui appartienne au système. Hélas pour lui, le système nazi n'était pas décidé à laisser passer l'occasion d'incriminer un garçon qui se révélait être le coupable idéal à cause de son passé récent de communiste ! Ce qui légitimait du même coup l'envie des nazis de s'en prendre aux communistes dans leur ensemble d'autant que quatre mille d'entre eux devaient être arrêtés ! Ils le seront permettant à GOERING de gagner un premier round dans la course aux faveurs lancée par un Führer malin comme un singe et aux nazis en tant que défenseurs de l'ordre moral. Juste avant de nouvelles élections ! Plus de vingt mille arrestations et une grande partie d'opposants torturés dans un climat de peur qui verra 44% des suffrages aller au NSDAP ! Avant que les nazis fassent adopter par le Parlement une loi leur accordant les pleins pouvoirs ! Adolf HITLER était arrivé au but qu'il poursuivait et il allait avoir la possibilité de gouverner sans l'accord des députés.

    Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :