• Le choix difficile du Général Giraud...

    Le choix difficile du Général Giraud...

    C'est selon toute vraisemblance son choix de se maintenir quelques mois après son évasion d'Allemagne dans le camp de PETAIN et de Vichy et d'admettre des choix discutables comme les penchants antisémites des Pétainistes, du moins jusqu'à la fin 1942, qui aura été fatal au Général GIRAUD que le Président ROOSEVELT (ci-dessus avec GIRAUD) préférait à de GAULLE. Un de GAULLE auquel il reprochait une mentalité de fasciste, pensant que c'était un opportuniste sans scrupules, un ambitieux au dernier degré, décidé à installer une dictature en France. Selon lui, le libérateur de la France aurait dit à GIRAUD que leur pays aurait besoin d'une révolution sanglante. ROOSEVELT confiera du reste à sa femme Eleanor, que de GAULLE était un soldat, un patriote certainement dévoué à son pays, mais en revanche, que c’était un politique et un sectaire et qu'il avait effectivement en lui tous les attributs d’un dictateur ».

    Déjà évadé au cours du premier conflit de 1914-18 après avoir été blessé et capturé, Henri GIRAUD avait, dès son plus jeune âge, voulu être soldat, sans doute pénétré d'un élan patriotique assez vif après la défaite de 1870. Il n'est donc pas surprenant qu'il ait été considéré comme un chef de guerre de tout premier plan et qu'il ait été auréolé d'une certaine notoriété. Fait prisonnier par les Allemands le 18 mai 1940 à Sedan, il était en effet parvenu, au grand désespoir d'HITLER, qui avait tenté de le faire abattre en mettant sa tête à prix, à s'évader de la forteresse de Königstein à proximité de Dresde où il était détenu en avril 1942 et il avait rallié les autorités de Vichy acceptant, après l'assassinat de DARLAN, de devenir Haut-Commissaire en Afrique Française et Commandant en chef des armées. Devenu avec de GAULLE et malgré ses divergences avec lui, co-Président du Comité Français de Libération Nationale à l'été 1943, les deux hommes avaient et ce n'est plus un secret, une vision totalement différente de ce qu'il convenait de mettre en place en France à la Libération. GIRAUD sera exclu de ce comité en novembre 1943 après avoir tenté de mener une opération de libération de la Corse avec le concours décrié d'un groupe de résistants d'obédience communiste. De GAULLE réussira même à l'éliminer complètement le 9 avril 1944, quelques semaines avant le débarquement allié de Normandie.

    Ce qui est certain, c'est que le profil du Général GIRAUD reste peu connu et que les historiens ne sont pas encore parvenus à avoir une explication claire sur ses agissements après son évasion d'Allemagne. A-t-il voulu en avril 1942 se rapprocher de PETAIN et de Vichy pour que les siens ne soient pas inquiétés ? C'est possible. Le 4 mai 1942, il avait effectivement assuré PETAIN ne pas aller à l'encontre de l'action de son gouvernement. Ce qui pèsera lourd dans le bilan puisque cette seule action englobe des actes d'antisémitisme patents. La présence de DARLAN, le représentant de Vichy pèsera également lourd dans le passif que l'on pourrait reprocher au Général GIRAUD, même en tenant compte du fait que l'émissaire de PETAIN ait trahi son camp sur la fin, juste avant d'être assassiné.

    Le film visible sur Youtube évoque assez largement son évasion rocambolesque de la forteresse de Königstein d'avril 1942.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :