• L'entrée en guerre de la Wehrmacht

    Dans quel état d'esprit les 17 millions de soldats de la Wehrmacht sont-ils entrés en guerre en septembre 1939 en Pologne avant de se lancer à la conquête des Pays-Bas, de la Belgique et de la France à partir en mai 1940 puis à celle de la Russie à l'été 1941 ? Et quel était celui d'anciens responsables des corps d'armée reclassés après la première guerre mondiale dans les services administratifs de la Reichswehr sous la République de Weimar après l'entrée en vigueur des dispositions du Traité de Versailles ? Sauf à prendre en considération le fait que la publication du brûlot Mein Kampf et l'occupation de la Ruhr par les Alliés en 1923 aient pu avoir une incidence dans la prise de conscience de certains de ces anciens hauts responsables frustrés de l'armée. Parmi ces hauts responsables, se trouvaient certes des officiers expérimentés, mais aussi des arrivistes qui rêvaient de revanche et incapables de s'opposer aux vues d'un dilettante comme Adolf HITLER. Un va-t-en-guerre qui, se méfiant de ses généraux, s'imposera dès l'automne 1939 comme chef suprême des armées au point de susciter assez rapidement un rejet de certains de ceux qu'il avait choisi de marginaliser.

    L'entrée en guerre de la WehrmachtOn en sait aujourd'hui un peu plus grâce aux enregistrements réalisés par les services secrets britanniques du MI 19 sur certains de ces hauts responsables emprisonnés dans un château près de Londres à partir de l'été 1942. Le reportage qui suit, dû à un travail de l'historien Sönke NEITZEL, apporte aussi d'autres éléments que ceux attribuant au seul Adolf HITLER la volonté de va-t-en-guerre qui lui a été prêtée dès 1935 et la réoccupation de la Ruhr par les vainqueurs de 1914-18. L'élite militaire espionnée à Trent Park s'y révèle sous un jour nouveau, révélant la véritable opinion des hauts responsables sur l'élite nazie proche d'HITLER et aussi sur certaines des éliminations entreprises. 

    Ce qui est clair dans ce reportage, c'est qu'à quelques exceptions près, tous les soldats de la Wehrmacht étaient pétris d'idéologie nazie et affichaient un certain antisémitisme. Comme le soldat HEINLEIN (ci-contre), enthousiastes, ils voulaient tous y aller, chacun désireux de devenir un petit héros. 

    Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :