• L'Allemagne de 1933... vue par l'un des opposants à Hitler

    L'ouvrage de Sebastian Haffner, un Allemand anti nazi

     
    1937... Images de l'aveuglement d'un peupleUn écrivain allemand, Sébastian HAFFNER
    , auteur d'un témoignage au vitriol sur ce qu'il conserve comme souvenirs d'une Allemagne qu'il avait dû quitter en 1938, avait des mots forts pour décrire ses ressentis de citoyen. Ce qui l'opposait au Troisième Reich, « c'était, dit-il, une lutte inégale entre deux adversaires : un Etat extrêmement puissant, fort, impitoyable et un petit individu anonyme et inconnu. L'individu n'était en aucune façon un politicien, encore bien moins un conjuré ou un ennemi de l'Etat. Il restait tout le temps sur la défensive et ne voulait qu'une chose, préserver ce qu'il considérait, à tort ou à raison, comme sa propre personnalité, sa vie privée, son honneur. Or, l'Etat dans lequel il vit et auquel il a affaire l'attaque sans arrêt, avec des moyens certes rudimentaires, mais parfaitement brutaux. En usant les pires menaces, cet Etat exige de l'individu qu'il renonce à ses amis, qu'il abandonne ses amies, qu'il abjure ses convictions, qu'il adopte des opinions imposées et une façon de saluer dont il n'a pas l'habitude, qu'il cesse de boire et de manger ce qu'il aime, qu'il emploie ses loisirs à des activités qu'il exècre, qu'il risque sa vie pour des aventures qui le rebutent, qu'il renie son passé et sa personnalité, et tout cela sans cesser de manifester un enthousiasme reconnaissant. L'Etat, précisera HAFFNER, c'est le Reich allemand et l'individu c'est moi... Ils ont submergé les Allemands de cet alcool de la camaraderie auquel aspirait un trait de leur caractère, ils les ont noyés jusqu’au delirium tremens. Partout ils ont transformé les Allemands en camarades, les accoutumant à cette drogue depuis l’âge le plus malléable : dans les jeunesses hitlériennes, la SA, la Reichwehr, dans des milliers de camps et d’associations et ils ont, ce faisant, éradiqué quelque chose d’irremplaçable que le bonheur de la camaraderie est à jamais impuissant à compenser ».

    Qu'aurait pu faire, face à cet Etat nazi, Raimund PRETZEL (son véritable nom), sinon partir et tenter de vivre ailleurs en compagnie de son amie juive Erika avec ce que tout cela supposait de difficultés. Surtout après avoir dû faire un stage chez les S.A pour avoir le droit de poursuivre l'accès à une carrière de magistrat. Une fois en Angleterre, il devra d'ailleurs supporter au départ une précarité qui ne lui permettra pas de vivre comme il l'aurait souhaité et il devra attendre 1954 pour pouvoir retourner dans son pays et y entreprendre une carrière de journaliste et d'historien assez loin de celle de magistrat. Par la suite, PRETZEL ne cherchera pourtant pas à publier ce premier écrit, craignant d'être traité de menteur. Le manuscrit retrouvé par ses deux enfants publié, ce livre jettera d'ailleurs le trouble chez un certain nombre d'historiens lors de sa publication en 2000. Il était absolument impossible à leurs yeux qu'une personne n'appartenant pas à leur cercle puisse jouir d'une si extraordinaire lucidité et décrire de tels événements en disant qu'il les avait vécus, alors même que beaucoup s'étaient cachés pour y échapper. On avait sûrement dû y apporter des ajouts en phase avec ce qui s'était passé à la fin des années trente. 

    Pour gagner l'Angleterre après être passé par Paris, Raimund PRETZEL dut faire une demande de recherche fictive pour un reportage de voyage en Angleterre. En arrivant à Cambridge en Angleterre le 29 août 1938, Erika et Raimund se marieront, emménageant dans une petite maison que leur fournira le frère d'Erika, Kurt. Parti à la recherche d'un emploi, qu'aurait pu faire un journaliste allemand en temps de guerre ? En tant qu'avocat ou en Droit, ses compétences linguistiques ne suffisaient pas et devenir photographe de presse ne lui convenait pas davantage. La famille PRETZEL vivra donc des économies modestes dont elle disposait et Raimund travaillera dans un journal intime, qui se devait d'inclure ses expériences de ces dernières années en Allemagne. Il savait qu'il lui fallait agir sans perdre de temps, éveiller les Anglais aveuglés par les rêveries de CHAMBERLAIN. Savait-on ce qui s'était vraiment passé en Allemagne après l'arrivée au pouvoir des nazis ? Abandonnant son journal, PRETZEL commencera à écrire son nouveau livre "Allemagne : Jekyll & Hyde", une analyse impitoyable des Allemands en général, des nazis dans le concret et surtout d'HITLER. Seulement, son mariage avec Erika, qui n'avait eu lieu qu'en Angleterre, sera interprété comme un mariage simulé et verra PRETZEL emprisonné au centre de détention de Seaton. Interrogé par le commandant du camp, il réussira cependant à le convaincre de ne pas envoyer son manuscrit au ministère de l'Intérieur, mais directement à l'éditeur Frédéric WARBURG à Londres. "Allemagne : Jekyll & Hyde" sera publié en avril/mai 1940 sous le pseudonyme de Sebastian HAFFNER, Raimund étant désireux de protéger sa famille restée en Allemagne au cas où les nazis auraient l'idée de se venger de lui à travers eux. Pourquoi le nom d'HAFFNER ? Tout simplement parce qu'il se souvenait de la Symphonie Haffner de Mozart, et que c'était sa musique préférée. Et il décidera d'opter aussi avec Sebastian pour un prénom à consonance germanique. Dès les premiers exemplaires prêts, WARBURG les enverra aux journalistes, aux dirigeants des syndicats, aux parlementaires, aux banquiers et aux autres décideurs et il organisera de nombreuses lectures publiques devant des personnalités importantes dont Winston CHURCHILL qui appréciera ce document. L'intérêt pour le livre devenant grand, cela fera de Raimund PRETZEL un important et populaire Sebastian HAFFNER.

    Nous vous invitons à prendre le temps d'écouter la bande audio qui suit pour en savoir davantage encore. Il serait surprenant que vous n'ayez pas envie, ensuite, de lire ce brillant témoignage. 


    Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :