• Josef Mengele, l'ange nazi de la mort

    Josef Mengele, l'ange nazi de la mort

    C'est seulement six ans après sa mort survenue au Brésil en février 1979 et avoir été retrouvé sans vie sur une plage par des amis de rencontre, que ses restes enterrés dans le cimetière d'Imbu à proximité de Sao-Paulo, seront expertisés et identifiés dans les années quatre-vingt-dix comme étant ceux du nazi Josef MENGELE, l'incarnation du mal, responsable pendant la dernière guerre de tant d'atrocités au camp d'Auschwitz, et dont les quelques victimes survivantes gardent en mémoire ce rictus qui l'a personnifié (document ci-dessus). Un homme qui croyait appartenir à une race supérieure appelée à dominer le monde. Il venait d'échapper trente-cinq ans durant à tous ceux qui s'étaient lancés à sa recherche depuis la fin des années cinquante, motivés sans doute par le fait que des Israéliens aient pu parvenir à enlever en 1960 en Argentine l'autre criminel nazi Adolf EICHMANN. Il ne devra le fait d'avoir pu résister à cette traque qu'à l'impossibilité des Israéliens du Mossad de poursuivre leurs recherches en Argentine puis au Paraguay après l'enlèvement d'EICHMANN. Près de dix ans d'incurie et de trêve avant que les enquêteurs reprennent le chemin d'Amérique du Sud et qu'ils interrogent les proches du tortionnaire qui demeuraient toujours en Allemagne à Günzburg dont un certain SEDLMEIER, un avocat avec lequel il entretenait des échanges épistolaires. Sa famille laissera même entendre pendant de longues années que Josef MENGELE était mort !

    Josef Mengele, l'ange nazi de la mortFils d'un exploitant de machines agricoles, et après des études menées en génétique et s'y être spécialisé, MENGELE avait été nommé à Auschwitz dès mai 1942 où les nazis savaient pouvoir mettre à sa disposition, pour des expériences discutables restées des sommets de l'horreur, un "matériel" génétique humain dont ils disposaient honteusement. D'abord médecin dans le corps médical à l'est, ce docteur sanguinaire venait d'être blessé et avait soudain la possibilité de reprendre ses travaux de recherche. Comme vous le verrez dans le film ci-dessous, ses investigations chez les jumeaux lui vaudront de devenir celui que l'on a surnommé "l'Ange de la mort". Ruth ELIAZ, une des survivantes de ces expériences réalisées à Auschwitz (ci-contre) se souvient toujours du cauchemar vécu au contact de cet ignoble tortionnaire. Alors qu'elle venait d'accoucher, il lui avait bandé les seins pour l'empêcher d'allaiter son nourrisson ! Il voulait savoir combien de temps un bébé pourrait survivre sans être alimenté ! Un peu plus tard, faisant intervenir une aide-soignante d'origine tchèque, il lui sera proposée par celle-ci de donner la mort à son enfant au terme d'une honteuse manipulation ! « Nous étions comme des animaux, dira un autre de ses cobayes, sans rien pouvoir faire parce que nous avions peur de lui ! » Au block 10 du camp d'Auschwitz, auront lieu des expériences horribles : amputations réalisées sans anesthésie, abaissement de la température d'un malade à 28°, injonction de substances chimiques et inoculation de maladies contagieuses sur des déportés… il serait difficile d'énumérer l'étendue de telles monstruosités dont le tribunal de Nuremberg donnera un condensé en 1946 sans que l'on ait pu mettre la main sur leur auteur !

    Josef Mengele, l'ange nazi de la mortL'homme parviendra pourtant à échapper aux Alliés puisqu'il avait réussi à fuir Auschwitz une dizaine de jours avant l'arrivée de l'Armée rouge, laissant derrière lui un monde effarant de cadavres ! Sur les 3 600 jumeaux mis à la disposition de ce tortionnaire, seuls 181 d'entre eux survivront ! Arrêté ensuite en juin 1945 avec un uniforme de la Wehrmacht par les Américains, il sera relâché peu de temps après. Il est indéniable que le fait d'avoir refusé de se faire tatouer son groupe sanguin sous le bras comme les autres SS a pu contribuer à lui sauver la vie et à lui éviter une pendaison à Nuremberg. Grâce à l'avocat de sa famille, et à une officine religieuse catholique (ou pas) il parviendra en 1949 à s'embarquer à Gênes sous le nom d'Helmut GREGOR (ci-contre) à destination de l'Amérique du Sud. Recherché par le procureur Ouest-allemand BAUER à partir de 1959, à l'aide d'un faux passeport établi au nom de Wolfgang GERHARDT, un Autrichien, il sera vite contraint de choisir une vie de reclus, notamment au Paraguay après avoir mené une vie tranquille en Allemagne parmi les siens sans être inquiété, avant de devoir émigrer au Brésil au début des années soixante. A Buenos-Aires, où il avait réussi à monter une affaire de vente de machines agricoles jusqu'en 1959 sa relative insouciance des premières années de fuite en Amérique du Sud lui avaient valu de croiser Adolf EICHMANN dans un cercle de nazis émigrés et, en Argentine, il avait même poussé le bouchon jusqu'à redemander un passeport au nom de Josef MENGELE ! Il est indéniable que c'est grâce à l'argent que lui feront parvenir les siens de Günzburg qu'il pourra "acheter" le silence de ceux qui auraient pu le trahir ! 

     

    Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :