• Fritz Sauckel, le père du S.T.O

    Fritz Sauckel, le père du S.T.O

    Il aura quasiment tout tenté à Nuremberg pour échapper à la corde. Même en chargeant Albert SPEER l'architecte préféré d'Adolf HITLER qui, à l'entendre, lui aurait mis la pression et en affirmant aussi, comme quelques autres dignitaires nazis, qu'il ignorait tout des camps de concentration ! 

    Nommé plénipotentiaire général pour l'emploi de la main-d'œuvre le 21 mars 1942, Gauleiter de Thuringe en 1925, puis gouverneur, Fritz SAUCKEL fera tout d’abord appel à des volontaires en leur promettant des conditions avantageuses et plusieurs milliers d’hommes quitteront le chômage auquel ils étaient confrontés en Europe occidentale. Le 23 avril 1942, il obligera par décret les écoliers allemands à accomplir un service agricole puis obligera les femmes à travailler dans l’industrie. C'est lui qui, à ce titre, était aussi en charge du recrutement des travailleurs des pays occupés vers l'AllemagneEn France occupée il exigera de l'État français de Vichy des mesures successives incitant des travailleurs à partir pour l'Allemagne jusqu'à la promulgation de la loi sur le STO (Service du Travail Obligatoire) du 16 février 1943 (1). Surnommé le "négrier de l'Europe", c'est effectivement lui qui sera à l'origine de ce STO censé pallier au peu de volontaires qui avaient accepté en 1942 de partir travailler en Allemagne au titre de la relève. Le 16 juin 1942, SAUCKEL avait en effet exigé de Pierre LAVAL qu'il lui cède 350 000 travailleurs français, lui promettant en retour la libération d’un soldat prisonnier encore détenu en Allemagne pour trois départs. Une promesse que les nazis n'honoreront pas et qui sera à l'origine d'un ralentissement de ces départs en 1943. Pire encore, en Pologne, SAUCKEL responsable de la mort de milliers d'ouvriers juifs, donnera pour instruction que les travailleurs qu'il avait fait requérir soient exploités "au plus haut degré possible ainsi qu'au plus bas niveau de dépense imaginable", ce qui montre quel pouvait être l'état d'esprit de ce nazi qui passait pourtant pour être quelqu'un d'assez faible. Cr qu'il démontrera à Nuremberg.

    Reconnu coupable de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité au terme de ce procès de Nuremberg, il y sera décrit comme ayant été en charge d'un programme impliquant la déportation de 5 000 000 de travailleurs dans des conditions cruelles et insupportables, SAUCKEL sera condamné à mort par le tribunal et exécuté le 16 octobre 1946.

    (1) Certains des requis nés après le 31 décembre 1922 et dès le 12 février, soit quatre jours avant la promulgation de la loi partiront. Comme le raconte l'un d''entre eux, Jean RODON dans un ouvrage que nous venons de publier ! Ce qui leur vaudra de faire 26 à 27 mois de service au lieu de 22 !

    Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :