• Dupont de Ligonnes ou la froideur des narcissiques...

    Dupont de Ligonnes ou la froideur d'un narcissique...

    Dupont de Ligonnes ou la froideur d'un narcissique...C'est l'un des faits divers qui aura passionné la France entière et qui retient aujourd'hui encore l'attention. Peut-être parce qu'elle met en scène un homme apparemment tranquille et issu d'un milieu bourgeois de Versailles, toujours présenté comme un croyant alors qu'il avait avoué en 2010 sur un forum qu'il n'avait jamais eu la foi. Et peut-être aussi comme l'auteur d'un assassinat prémédité et préparé au 55 boulevard Schumann à Nantes. Mais si elle retient ainsi l'attention c'est parce que depuis le mois d'avril 2011 une gigantesque chasse à l'homme a débuté. Une chasse à l'homme qui a même provoqué à l'automne dernier une méprise après l'arrestation en Ecosse d'un pseudo sosie de Xavier DUPONT de LIGONNES. Une erreur guère étonnante dans la mesure où près de 900 signalements en huit ans et demi ont vu intervenir nombre de gens soucieux sans doute de se distinguer. On ira jusqu'à prétendre que "le présumé meurtrier" avait été aperçu en Corse voire même qu'il avait ouvert une maison d'hôtes à Beyrouth au Liban où il accueillerait des repris de justice. Ce qui est envisageable c'est que de LIGONNES qui n'était pas encore recherché le 15 avril 2011 au moment où il a été aperçu à Roquebrune-sur-Argens ait pu disposer d'un long délai pour quitter notre territoire et pour être hors de portée des enquêteurs.

    Si ce meurtre est horrible, ce qui surprend dans cette affaire c'est surtout le détachement de l'intéressé avec un ton de voix ne trahissant aucune émotion lorsqu'il téléphone à sa sœur Christine, juste avant de tuer méthodiquement toute sa famille. Cela fait toujours autant froid dans le dos. Ce même 3 avril, juste avant cet appel, avant d'aller au cinéma, la famille dînait encore dans un restaurant de Nantes comme si de rien n'était. Et pourtant, pourtant... tout avait déjà été programmé puisque quelques jours auparavant Xavier DUPONT de LIGONNES s'était préoccupé dans le stand de tir où il s'était inscrit de la possibilité de "monter" un silencieux sur la carabine qu'il détenait, ce dont se souvient parfaitement Benoît l'un des responsables du stand. La veille de la tuerie, il avait également acheté de la chaux vive et le matériel de bricolage dont il avait besoin pour ensevelir les corps de ses futures victimes. Le lendemain de l'assassinat, même schéma, il téléphonera, toujours sans la moindre émotion, à l'employeur de son épouse pour l'informer qu'elle était souffrante et qu'elle était donc en arrêt-maladie. Il utilisera le même motif pour excuser l'absence de ses enfants à leur collège. Une mise en scène qui constitue une véritable présomption de culpabilité de l'intéressé. Un homme qui donne aussi le sentiment d'avoir d'autres talents que celui de metteur en scène puisqu'il avouait en 2008 avoir réalisé au cours de l'exercice comptable 2007 pour sa société de guides touristiques un chiffre d'affaires de... 86.200 € et donc de diriger une affaire de Pornic, la SELREF qui semblait fonctionner sans être en difficulté malgré un passif qu'il ne parvenait pas à résorber. Le but poursuivi par DUPONT de LIGONNES était de créer un réseau d’hôtels et de restaurants dans lesquels les représentants de commerce auraient droit à des avantages. Il passait donc une grande partie de son temps sur les routes de France afin de démarcher des établissements. À ce jour, on aurait retrouvé la trace d'une autre société aux Etats-Unis NETSURF Concept basée à Miami où il se rendait régulièrement avant le quintuple meurtre d'avril 2011 et sa disparition. Celle-ci avait, curieusement, le même objet social que la SELREF mais elle semblait être en sommeil depuis 2006. L'intéressé avait-il préparé une retraite outre-Atlantique et à quoi servaient donc les déplacements entrepris ? Une question à laquelle n'ont pu répondre les autorités américaines. DUPONT de LIGONNES aurait également tiré des revenus de la revente de voitures américaines qu'il aurait fait réparer en France, avant de les revendre, racontent certains riverains. Pourtant, les modèles aperçus, immatriculés en Floride, étaient toujours les mêmes. Une activité d'importateur qui lui aurait procuré un complément de revenus. Ce qui tendrait à démontrer que l'on ne sait finalement rien de ce présumé tueur ni sur les projets qui lui auraient permis de fuir et de redémarrer une existence ailleurs.

    Dupont de Ligonnes ou la froideur d'un narcissique...Selon une amie d'Agnès DUPONT de LIGONNES, la mère de famille était parfaitement au courant des dettes du couple, mais elle tenait à protéger ses enfants qui ne savaient rien de cette situation pour le moins préoccupante. Si elle acceptait cette situation, c’est surtout parce qu’elle était folle amoureuse de Xavier depuis qu'ils s'étaient rencontrés bien plus jeunes. Elle ne voyait qu’à travers lui et tout ce que disait Xavier ne pouvait qu'être vrai. Pourtant, Agnès évoquera ses problèmes de couple sur le site Doctissimo.fr. décrivant un époux rigide, autoritaire, qui ne vivait que pour son travail. Elle faisait également part de l'existence de gros problèmes de fric. Il avait monté sa boîte il y a quatre ans avec son fric et d'après elle ça traînait… Son fric était celui de l’héritage HODANGER, près de 80 000 € que son époux avait englouti dans ses affaires en espérant faire fortune. En vain. Cette foi en l'homme ira d'ailleurs jusqu'aux infidélités de l'intéressé car DUPONT de LIGONNES, visiblement un homme à femmes un tantinet frimeur, avait des maîtresses et il est établi qu'il ait tenté de renouer des liens avant le drame avec quatre d'entre elles. Claudia en fait partie dont les enquêteurs retrouveront la trace en Allemagne et avec laquelle il avait vécu une histoire d'amour avant d'épouser Agnès, peut-être justement pour des raisons d'argent. On dit aussi qu'il se serait fait prêter 50 000 € par une amie parisienne. Selon le site Internet du média Le Point, cette femme se serait présentée jeudi soir dans un commissariat d'Asnières (Hauts-de-Seine), disant craindre pour sa vie. Pourquoi cet emprunt ? Si le compte familial, à la Poste, était dans le rouge il l'était dans des proportions raisonnables. Pourtant un huissier avait été mandaté qui était venu le 5 avril réclamer une créance de plus de 20.000 euros au domicile de la famille mais il trouvera porte close.  

    Michel, l'un de ses amis qui a conservé les photographies de leur escapade estudiantine aux Etats-Unis pense d'ailleurs qu'il est toujours vivant car il n'avait aucun intérêt à monter un tel scénario pour ensuite aller se tuer dans le Var. Une région où des recherches ont été entreprises lorsque des hypothèses de suicide ont circulé. Pour lui, son copain d'études serait tout à fait capable de passer pour un américain en parlant sans accent dans une langue qu'il maîtrise parfaitement. Beaucoup de ses proches restent interloqués et certains rejettent encore la culpabilité de Xavier de LIGONNES. Sa mère à Versailles qui animait jusqu'alors un groupe de prières à déviance sectaire la première, elle qui est montrée du doigt pour n'avoir pas correctement élevé ce fils et dont on dira qu'elle est froide, possessive et manipulatrice.

     

    Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :