• Berty Albrecht, une grande résistante

    Bertie Albrecht, une grande résistante

    A lire les nombreuses plaques des quelques emplacements qui lui ont été dédiés, on devine que Berty ALBRECHT aura été un personnage illustre. Ne serait-ce que parce qu'elle est considérée aujourd'hui encore comme l'une des résistantes françaises les plus reconnues avec cinq autres femmes ! On a dit d'elle que tout destinait cette petite femme au regard d’un bleu inoubliable à remplir jusqu’au bout son rôle unique de mère de famille bourgeoise. Tout sauf son tempérament radical, incontrôlable, anticonformiste. 

    Berty Albrecht, une grande résistanteD'origine Suisse, c'est à Marseille, au sein de la haute bourgeoisie protestante locale, que la jeune Berthe Pauline Mariette WILD née le 15 février 1893 a fait ses premiers pas, choisissant de devenir infirmière en 1911 (ci-contre). Berty, fille unique du couple, réfutera très jeune son milieu et s’engagera aux côtés de ceux qui mèneront des luttes sociales. A Marseille, confrontée aux gueules cassées, elle jouera un rôle important durant le conflit en tant qu’infirmière de la Croix-Rouge dans des hôpitaux militaires. Devenue l'épouse d'un financier néerlandais devenu brooker à la Bourse de Londres, Frédéric ALBRECHT dont elle aura deux enfants, elle en viendra très vite à se passionner pour la cause des femmes. Elle militera aussi contre le fascisme de façon très active, mais aussi pour la contraception et l’avortement dès 1927. L'avortement, elle y consacrera une revue diffusée uniquement sur abonnement : Le problème sexuel, compte tenu des interdits existants en la matière. Liée un temps à Victor BASCH, professeur à la Sorbonne à Paris et Président de la Ligue des Droits de l'Homme, c'est un peu plus tard, en 1934 que sa route croisera celle d'Henri FRENAY avec lequel elle créera en 1940 le mouvement de Résistance Combat. Pour Berty, FRENAY, de douze ans plus jeune qu’elle, sera l’amour de sa vie. C'est aujourd'hui démontré, elle influera ses choix car tout opposait le jeune capitaine à Berty. Militante connue avant la guerre par ses luttes, devenue commissaire au chômage de la Ville de Lyon, elle va très vite être surveillée de près par la police française puis par les services allemands. Après avoir été arrêtée, et refusant de quitter la France pour l'Angleterre après s'être évadée, Berty ALBRECHT entre dans la clandestinité. Emprisonnée à nouveau à la prison lyonnaise St Joseph, puis à l'Hôpital psychiatrique du Vinatier où elle avait été internée après s'être fait passer pour folle, elle réussira à s’évader le 23 décembre 1942, mais les nazis finiront par avoir sa peau quelques mois plus tard fin mai 1943. Il est probable pour l'avoir croisé au sein du mouvement Combat, que Berty paiera de sa vie sa rencontre avec Jean MULTON devenu nazi après avoir infiltré la Résistance. Elle sera arrêtée à Mâcon le 28 mai 1943 par la Gestapo qui s’était invitée à un faux rendez-vous à l’hôtel de Bourgogne.

    En mai 1945, son corps sera retrouvé dans le jardin-potager de la prison de Fresnes où elle aura été détenue après avoir été torturée au Fort de Montluc à Lyon et où elle se suicidera le 31 mai 1943 pour éviter de parler. En novembre 1945, elle sera inhumée avec Renée LEVY dans la crypte du Mont-Valérien, parce qu'elle représentait les femmes au Mémorial de la France combattante. Elle avait été élevée au titre de Compagnon de la Libération par le décret du 26 août 1943. Sa fille Mireille ALBRECHT, admirative des combats de sa mère, lui consacrera un ouvrage publié en 2001 dont le titre veut tout dire : "Vivre au lieu d'exister". Mireille était désireuse d'élucider le mystère de la disparition de sa mère et durant vingt-cinq ans, elle enquêtera, des archives de Fresnes aux couloirs de l’Élysée, réussissant enfin à retrouver la trace d'Edmée DELETRAZ, la personne qui l’avait dénoncée en 1943 aux nazis, manipulée semble-t-il par Klaus BARBIE.

     

    Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :